Présentation

 

     La nouvelle exposition de Christian BAECHLER a pour thème le cirque. Magie de l'installation du chapiteau au cœur de la cité, nostalgie de l'enfance, fête éternelle, spectacle total et féerique, la palette explose de joie avec les couleurs rutilantes des huiles et la tendresse rose et bleue des aquarelles.

 

     Rien n'est omis ni l'aimantation de la foule des spectateurs happés par l'entrée du chapiteau écarlate qui se dresse, souverain, dans un ciel bleu sans rides.

 

     Que dire de la piste illuminée ! S'y succèdent des jongleurs, des acrobates, des contorsionnistes, des trapézistes, des écuyères sous la caresse veloutée des projecteurs. Tous expriment la joie essentielle, l'oubli du temps, la maîtrise de soi et l'apesanteur.

 

    Mais le leitmotiv principal c'est le clown, nous sentons ici toute l'admiration et la reconnaissance du peintre. Les clowns célèbres crèvent la toile de leur rire ENORME. Zoom sur Freddy Bario traversé par un éclairage arc-en-ciel, sur Annie Fratellini, véritable Pierrot lunaire, sur Grock qui s'avance vers nous en traînant sa chaise et sa sempiternelle valise. Zoom sur Zavatta décliné, Zavatta plus jeune, Zavatta âgé, Zavatta mélancolique et seul avec son ombre et sa trompette. Zoom sur Gelsomina sortie tout droit de la Strada, Gelsomina imitée, multipliée, stylisée selon la toile. Et puis, inconnus mais tellement présents de la foule innombrable des clowns musiciens : clowns en aquarelles, à l'huile, en matière avec des dimensions diverses, mais toujours le corps et les mains animés par la Musique car ils ne font qu'un avec leurs instruments, ces derniers les révèlent : cymbales, trompettes, clarinettes, saxos, violoncelles, violons, les saltimbanques nous offrent la joie éclatante. Croqués sur le vif, ils sont parfois traqueurs derrière le rideau rouge où ils attendent pour faire une entrée fracassante.

 

     Que dire de l'originalité de cette suite de clowns aux visages divers, variations sur le thème de la joie naïve et primaire. Clown blanc, Auguste au nez rouge, à chacun le sien, réconciliation des contraires, miroir de notre âme d'enfant, enfin retrouvée. Et avec tous ces clowns une toile inattendue, un kaléidoscope surprenant : les visages juxtaposés des spectateurs, Christian BAECHLER a su saisir les émotions circassiennes : la stupeur, le rire, l'étonnement, le multiple dans l'un.

 

     Il rend aussi hommage dans cette exposition aux artistes qu'il aime comme Rouault ou Rostropovitch.

 

    Avec ce thème du cirque Christian BAECHLER est plus que jamais lui-même, il nous offre généreusement un univers vibrant de couleurs, de mouvements et de musique EN PLEIN ELAN.

 

Liliane LIL

 

 

Le vernissage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'exposition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communication

 

     Affiche :

 

     Flyer :

 

     Dépliant :

 

     Article presse "Le Progrès" :

 

 

 

1/4
1/5